Aller au contenu
Gets

Etes vous capable de faire façe à une telle situation?

Messages recommandés

Gets

Voici des vidéos éditées par la Police fédérale (en réponse à ce sujet)

Dans les six cas, vous devrez répondre à une question sur "que faire" dans ce genre de situation...

Retenez le nombre de "points" que vous obtenez....

Modifié par Gets

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gets

1. Quelle est la première chose à faire en cas d'accident ? (Question 1/6)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gets

2. Comment annoncer une mauvaise nouvelle ? (Question 2/6)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gets

3. Comment gérer une violence intrafamiliale (Question 3/6)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gets

4. Comment contrôler une personne proche (amis, famille) ? (Question 4/6)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gets

5. Comment gérer une agressivité verbale face à des mineurs ? (Question 5/6)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gets

7. Feedback ! Combien de bonnes réponses avez-vous obtenu ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nancy4

Lol Gets, on a eu la même idée :-) '' l'un de vous pourrait alors effacer mon sujet ou bien rediriger dans documentation '' Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gets

Lol Gets, on a eu la même idée :-) '' l'un de vous pourrait alors effacer mon sujet ou bien rediriger dans documentation '' Merci

C'est fait ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
walter.3

Faut que je m'inscrive aux épreuves de sélection qu'il a dit le monsieur! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Geof

6 bonnes réponses et j'ai déjà suivi le conseil pour lancer ma candidature :P

Je pense que la situation sur les violences intra-familiales est celle avec laquelle j'aurai le plus de mal pour la gérer par ce qu'elle me touche plus que les autres.

Comment faites-vous pour parvenir à aider les personnes victimes de ces actes?

Geof

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nancy4

Les réponses me paraissent un peu trop logique sans vouloir me prendre de haut ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
xie

Annoncer une mauvaise nouvelle, serait pour moi le plus dur. Surtout si il s'agit d'un enfant.. Mais il faut rester et les écouter, ça c'est certain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Geof

C'est possible car tu as déjà un esprit plus orienté "police" avec toutes les démarches que tu as faites.

De mon côté aussi la réponse à la 1ère question me paraissait hyper-évidente car c'est ce que j'ai appris et fait en tant qu'agent de gardiennage mais en tant normal sans ça, j'aurai répondu

/!\ SPOIL NE PAS LIRE SI VOUS VOULEZ VOUS TESTER! /!\

B

Car cela me paraissait le plus humain . Pour le reste c'est savoir où mettre les priorités et agir en conséquence. ;)

Geof

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
xie

Mais ce qui nous semble logique ne l'est pas forcément pour la majorité, à ne pas oublier ;) il ne faut pas oublier que monsieur et madame Groseille ( :P ) ont tout autant leur chance qu'un autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
walter.3

Les violences intrafamiliales se distinguent des autres violences en ce sens que la victime a un réel rôle à jouer.

Si elle n'est évidemment pas responsable de la violence et de la non-maîtrise de soi de son partenaire, c'est à chacun dans un couple de se poser la question de savoir quand mettre fin à une relation si la confiance est rompue. En effet la situation ne peut perdurer que si le couple continue d'exister.

Le rôle du policier n'est pas d'être un justicier (bien souvent vous laisserez la victime seule ou dans une situation provisoire après votre passage), mais de constater, de faire cesser l'infraction et d'informer.

-constater: c'est ça notre boulot. C'est décrire les lésions éventuelles, prendre des photos et joindre un constat le lésion du médecin et prendre les dépositions,parfois sur convocation et décrire succinctement la situation familiale et mettre le tout dans un PV. Ceci n'a qu'un seul but: informer le parquet en vue de poursuites pénales éventuelles.

-faire cesser l'infraction: c'est trouver une solution souvent provisoire pour que le couple ne soit plus en contact durant le moment de crise. C'est calmer les choses, convaincre un des protagonistes d'aller chez la famille quelques jours, ou dans des cas graves, proposer un foyer d'urgence ou interdire le violent de domicile. L'emprisonnement est extrêmement rare .

-informer: le plus important et malheureusement le plus difficile! C'est expliquer à la victime que la violence dans le couple de disparaît jamais, que ça va recommencer, que ça va empirer. Lui expliquer le cycle de la violence conjugale. L'informer des possibilités dont elle dispose pour partir. L'informer de ce qu'indépendamment du parquet, elle peut poursuivre le violent en justice. C'est la mettre en contact avec des associations ou des services qui pourront la guider. C'est expliquer aux deux parties que la violence dans le couple n'est pas un accident isolé, que le recours à la violence ne cesse jamais; qu'on peut apprendre à la contrôler, mais via des thérapies qui demandent un réel investissement de la personne et qui prennent du temps et de l'énergie. Que la bonne intention ne suffit pas.

Ces démarches, pour avoir une chance d'aboutir, nécessitent de pouvoir dialoguer, de pouvoir parler avec les personnes de choses qui relèvent de leur couple, de leur intimité. Se ruer sur un homme violent, le maîtriser avec force et lui hurler ce qu'on pense de la lâcheté de ses actes peut certainement vous faire un bien fou, mais réduit à rien vos chances déjà faibles de lui faire prendre conscience qu'il a un problème de comportement. Et sachant que dans l'immense majorité des cas la victime laissera 1,2,3, 500 chances à son partenaire de se faire pardonner, c'est idiot de lui faire penser qu'à la police aussi, on gère une crise avec la violence.

...et enfin en pratique, le cas académique des violences intrafamiliales est parfois noyé dans des interventions chez des couples complètement alcoolisés où un Carapilsien fout des trempes à bobonne qui, aussi bittue que lui, dit exactement ce qu'il faut pour le relancer et vice-versa, le tout trois fois par semaine et dont on sait pertinemment bien qu'ils ne se sépareront qu'à la mort d'un des deux (mauvais coup, mauvaise chute ou coma éthylique...) et pour qui l'appel à la police n'est qu'un moyen de plus d'emm*rder l'autre. Ces cas qui relèvent à mon sens plus du sadomasochisme que du pénal prennent un temps fou, exaspèrent les intervenants et les font parfois prendre à la légère une situation où leur intervention peut avoir un réel impact.

Modifié par walter.3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×

Information importante

Polweb est un site non officiel sur la police belge. En savoir plus ? Conditions d’utilisation.