Aller au contenu

Service intervention

Le service d'intervention est un service de la police locale.

Sa mission première est d'assurer le suivi sur le terrain des appels 101.

Les grades de la police belge

Les membres du personnels de la police belge sont répartis entre deux cadres:

Reconnaître un faux policier ?

De plus en plus d'auteurs de vol par ruse se font passer pour des policiers.

Dès lors il est important d'apprendre quelques astuces afin de vérifier que votre interlocuteur est bien un vrai policier.


Service Intervention

    Le service d'intervention est un service de la police locale.

    Sa mission première est d'assurer le suivi sur le terrain des appels 101.

    Il se compose d'INP qui travaillent en principe par équipe de 2. Chaque équipe dispose d'un véhicule d'intervention.

Un certain nombre d'équipes est prévu selon la taille de la ZP, la pause (matin, après-midi, nuit) et le jour (semaine ou WE).

Ces INP sont encadrés par un ou plusieurs INPP auxquels ils rendent compte des actes judiciaires qu'ils posent.

INP et INPP sont eux-mêmes encadrés par un (rarement plusieurs) CP auquel ils rendent compte des actes administratifs qu'ils posent. Le CP assure en principe l'organisation du service.

Dans les petites ZP, INPP et CP n'assurent pas toujours une présence 24h/24 mais sont rappelables si nécessaire.

Appels 101

Le service intervention est à la disposition du dispatching. Ce dispatching peut concerner un ou plusieurs arrondissements (CIC) ou une ou plusieurs grosses zones (CLC). Les appels au 101 arrivent au CIC de la région concernée qui, selon le cas, transfère à son propre dispatch ou au CLC concerné.

Ces appels sont des demandes de renseignement, des appels pour des missions relevant d'un autre service (quartier,...), des appels abusifs, des erreurs (la confusion classique 100 - 101, non encore fusionnés en 112) ou une demande d'intervention de la police.

Si l'appel nécessite une intervention sur le terrain, le dispatching attribue la mission à une équipe (plusieurs si nécessaire).

Il se peut qu'une autre équipe se propose d'initiative d'accompagner l'équipe désignée, voire de la remplacer (proximité géographique, situation connue,...).

 

Si besoin, l'équipe peut obtenir diverses informations avant d'arriver sur place (antécédents des personnes si elles sont identifiées, armes déclarées, interventions similaires,...).

 

Sur place, l'équipe prend contact avec le requérant ou gère directement la situation, selon le cas.

 

La majorité des cas concerne des problèmes avec des personnes (disputes, tapages,...), des véhicules (gênants, devant garage,...), des surveillance de lieux (bâtiment sensible, habitants en vacances,...) ou des vols sans auteur connu.

 

L'équipe gère la situation sur place, donne les explications nécessaires, calme les esprits si besoin et, le cas échéant, constate une infraction entrainant la rédaction d'un procès-verbal.

S'il y a PV, en règle générale, la victime et les témoins éventuels sont entendus et divers devoirs (constatations, enquête de voisinage, dossier photo, saisie d'objets,...) sont posés sur place.

Resteront à faire, au bureau, d'autres devoirs tels la retranscription des auditions, le signalement d'objets, la réquisition du Labo, le traitement des saisies, diverses demandes en vue d'obtenir des images de vidéosurveillance,...

Tous ces devoirs doivent être consignés dans le PV.

Si le suspect est connu et trouvé, différents cas de figure se présentent:

  • il peut être entendu sur place
  • il ne peut pas être entendu sur place mais n'est pas arrêté:
  • il nous accompagne volontairement au bureau pour être entendu et procéder à divers devoirs (fouilles,empreintes, ...)
  • il est invité à se présenter un autre jour, éventuellement après avoir pu consulter un avocat
  • il est arrêté et ramené au bureau. Un OPJ doit en être avisé ainsi qu'un magistrat.

 

Divers devoirs sont posés (fouilles, empreintes, livre d'arrestation, reconnaissance derrière une vitre sans tain, perquisition, mise à l'écrou, sortie d'écrou,...). Il peut-être entendu le jour même ou invité plus tard, suivant la décision du magistrat.

Tous ces devoirs sont évidemment consignés dans un PV.

 

Si le suspect est connu mais n'est pas trouvé, il est soit invité à se présenter, soit signalé pour être entendu lorsqu'il sera intercepté par la police.

 

Certaines interventions peuvent entraîner la rédaction d'un PV roulage (véhicule devant garage, accident,...) ou d'un rapport administratif (sanctions communales) : (tapages,...).

 

Certaines interventions entraînent une arrestation administrative (ivresse,...). Dans ce cas, c'est l'OPA qui est avisé. En principe, un PV est également rédigé.

 

Interventions d'initiative

 

Lorsqu'elle n'est pas sur une mission ou en train de rédiger un PV, l'équipe peut soit rester au chaud au commissariat ( dry.png) soit patrouiller.

 

Il peut donc lui arriver de tomber par hasard sur un fait nécessitant l'intervention de la police, soit d'être requis par un passant. Si l'intervention dure ou nécessite un PV, le dispatch est averti que l'équipe est indisponible.

 

...c'est pour cette raison qu'il est souvent mal vu de "chasser", c'est à dire de contrôler tout ce qui paraît suspect ou tous les conducteurs en infractions.

En effet, si le dispatch dispose de peu d'équipes et qu'elles sont tout le temps occupées sur ce type de contrôle, qui envoyer sur les missions 101?

 

 

Divers

 

L'organisation du service d'intervention est variable selon les ZP. Les membres du service peuvent parfois assurer d'autres fonctions (accueil, quartier, CLC, renforts dans d'autres services,...).

 

De même, certaines fonctions du service peuvent être scindées en interne (équipe désignée pour assurer les interventions de première ligne, ne prenant en principe pas de constat) ou en externe (service d'appui tel la canine, un service spécialisé "accidents de circulation",...)

 

Le service intervention est accessible directement après l'académie, sans formation supplémentaire. Il s'agit d'ailleurs de la principale affectation des nouvelles recrues.


Signaler Article

Retour utilisateur




...c'est pour cette raison qu'il est souvent mal vu de "chasser", c'est à dire de contrôler tout ce qui paraît suspect ou tous les conducteurs en infractions. En effet, si le dispatch dispose de peu d'équipes et qu'elles sont tout le temps occupées sur ce type de contrôle, qui envoyer sur les missions 101?

Les chasseurs (= gens motivés) se voient donc régulièrement attribuer les missions de m* (= qui prennent du temps et qui ne servent pas à grand chose) pour les calmer (=démotiver), ce qui marche remarquablement bien! :(

C'est rigolo ça : je suis dispatcher (en local), et mes équipes, même quand il n'y en a qu'une, elles font ce qu'elles veulent.

Pas d'équipe ? pas d'inter !

Ceci pour dire que ça dépend (beaucoup) de la personnalité des dispatchers et (un peu) des directives internes ;)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben je peux t'assurer que ce n'est pas le cas partout, fut-il 3h du mat un mercredi avec 10 équipes dispos...

Heureusement ce n'est pas systématique.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a longtemps (au siècle passé je crois), j'étais passé rendre une visite de courtoisie (en fait, prendre un café) au CCOM de l'arrondissement, sur le coup de 03.00 hrs. C'était la nuit, en semaine, tout était calme.

Alors que nous discutions de choses et d'autres avec J-L, dispatcher de son état, nous avons été interrompu trois fois par une équipe qui demandait le contrôle de marques d'immatriculation.

Après le troisième contrôle, J-L a empoigné son micro en disant "mais il m'emmerde celui-là !"

Il a alors envoyé cette équipe sur des agissements suspects d'un véhicule qui n'existait pas, à proximité d'un cimetière perdu au fin fond de la province, sur base de l'appel anonyme d'un requérant imaginaire...

Bien sûr, nous avons terminé tranquillement notre café et la conversation, et l'équipe n'a évidemment rien trouvé.

Quand je suis passé dispatcher, je me suis juré de ne jamais me permettre des trucs pareils...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben je peux t'assurer que ce n'est pas le cas partout, fut-il 3h du mat un mercredi avec 10 équipes dispos...

Heureusement ce n'est pas systématique.

Je confirme... Et avec certains dispatcher, tu pries même pour ne pas que quelqu'un t'interpelle en rue...

L'exemple le plus flagrant fut celui-ci:

Je patrouillais et mon attention est attirée par un véhicule à bord duquel se trouve un gosse de 3 ans, sur le tableau de bord, sans ceinture, sans rehausseur, etc etc.

Le conducteur également sans ceinture (pas sur le tableau de bord :P)

On procède au contrôle et Ô surprise, défaut d'assurance de Contrôle technique etc.

Malheureusement pour nous, on était la 2ème équipe réserve et donc on a été pris le temps du dépannage (car j'encode mes bases en fin de pause...)

Résultat: On a été envoyé sur des Violences Intrafamiliales une première fois (qui n'en n'étaient pas) puis, une seconde fois... On a terminé 5 heures en retard.

Le lendemain, même dispatcher, on a pris un vol en cours (auteur intercepté, 5H de rédac, etc) et ensuite... Rebelotte pour les violences intra et rebelotte, 3h supp'

Bref, tout ça pour dire que le défaut d'assurance coute cher avec certains dispatcher (bien que certains diront que c'est le "hasard" (drôle comme le hasard fait bien les choses)) et qu'il vaut parfois mieux rester planquer au bureau à jouer à Candy Crush...

Malgré ça, je continuerai à "chasser" et j'essaie au maximum de ne pas perdre ma motivation car, finalement, ca reste mon boulot...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout à fait.

Les flags de vols qualifiés, on ne les trouve pas dans la salle de repos.

Il vaut mieux brûler du carburant, peut-être pour rien (les nuits calmes cela arrive encore) que de faire du gras au bureau.

On est déjà pas assez sur le terrain.

Sinon on n'appellerait plus cela "permanence mobile"

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourquoi "chasser" est-ce mauvais ? Vous êtes là quand même pour ça tout de même, agir quand vous voyez des choses anormales ? Les appels priment à ce que vous pouvez constater en patrouilles ?

J'ai du mal a adhérer avec le fait que l'on casse la motivation des gens sous prétexte qu'il '"chasse" et font leur boulot parce que pas assez d'équipe ... même si l'appel 101 est important et qu'il faut réagir à ses appels ...

Faudra s'y faire de toute façon mais j'espère être comme toi Chriss.6280 rien lâcher toujours rester motivé !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et ? c'est le dispatcher qui choisi quand vous finissez ou interrompez vous mission ?

Vous restez maîtres de votre inter et si un truc "urgent" tombe, il peut attendre au même titre qu'un truc moins "urgent".

VOUS êtes sur le terrain et VOUS êtes seul juge de l'importance à accorder à l'événement en cours.

Votre dispatcher, il est IPP ? non ? alors qu'il aille se faire empapaouter.

"Pas disponible", ça veut dire "pas disponible"

Juste après avoir pris votre beau flingue bien huilé et votre gilet tout joli, n'oubliez pas vos couilles lorsque vous partez en inter.

Question subsidiaire : ça vous est déjà arrivé de répondre à la radio : "euh, c'est tout ? dans ce cas, je n'y vais pas, la Police ne sert pas à ça" ?

Non ? et pourtant, au moins 20 % des trucs qu'on fait, on a rien à y faire.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

...... et pourtant, au moins 20 % des trucs qu'on fait, on a rien à y faire.....

Ouaip ! Et t'es gentil avec tes 20%

Mais t'es trop vieille école !!!. (tout comme moi)

Y en a trop qui profite de : "Pas disponible", ça veut dire "pas disponible". Qui en use et en abuse.

Je suis persuadé que en tant que dispatcheur, tu sais très bien qui est dans ce cas là.

On fait plus tous le même métier. ;)

Modifié par Ptitfred

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je rejoins l'avis de Maicool... Il s'agit d'une façon idéale. Mais les conséquences que Chriss a mentionnées sont hélas la triste réalité aussi.

Et pour peu que tu répondes à la radio, c'est la prolongation assurée :P. Sans compter que l'INPP a coté de l'opérateur sait très bien "comment faire du gras" et il reprend hélas toujours pour son opérateur...

Bref, je chasse autant que je peux mais quand je suis la seule équipe dispo, je ne vais rien prendre... (les collègues décrochés de rédaction ne vont pas apprécier...)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Question subsidiaire : ça vous est déjà arrivé de répondre à la radio : "euh, c'est tout ? dans ce cas, je n'y vais pas, la Police ne sert pas à ça" ?

Non ? et pourtant, au moins 20 % des trucs qu'on fait, on a rien à y faire.

Ben écoute, à plusieurs reprises il m'est arrivé de me demander ce que je faisais sur le lieu d'une inter...

Nous sommes des assistants sociaux, certes mais dans la limite de notre fonction...

Malheureusement, certaines personnes ne semblent pas le comprendre et pensent que la Police doit cirer leurs pompes. (En témoigne certains appels 101 où des gens demandent au call taker de téléphoner dans une pizzeria pour eux car plus de crédit...)

Ceci dit, avec ma seule année d'ancienneté, je vais sur les missions et... je me tais, histoire de faire mon nid et de ne pas avoir des problèmes...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben écoute, à plusieurs reprises il m'est arrivé de me demander ce que je faisais sur le lieu d'une inter...

Nous sommes des assistants sociaux, certes mais dans la limite de notre fonction...

Malheureusement, certaines personnes ne semblent pas le comprendre et pensent que la Police doit cirer leurs pompes. (En témoigne certains appels 101 où des gens demandent au call taker de téléphoner dans une pizzeria pour eux car plus de crédit...)

Ceci dit, avec ma seule année d'ancienneté, je vais sur les missions et... je me tais, histoire de faire mon nid et de ne pas avoir des problèmes...

Ca j'ai déjà eu dans mon ancien boulot, il y en a qui demandait de leur remettre du crédit car ils doivent appeler le docteur etc…. Je vois que ces gens ne se gênent pas, même avec la police.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vais faire mon difficile mais le service inter N'EST PAS qu'un service de la police locale. SPC, WPR sont des services de la fédérale qui assurent le même type de missions que les ZP avec les mêmes fonctionnalités. Certe un peu moins de different mais il y en a quand même...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vais faire mon difficile mais le service inter N'EST PAS qu'un service de la police locale. SPC, WPR sont des services de la fédérale qui assurent le même type de missions que les ZP avec les mêmes fonctionnalités. Certe un peu moins de different mais il y en a quand même...

Au sens strict de la LFP, c'est oui.

Les fonctions de police de base sont assurées par la police locale.

La police fédérale apporte un appui spécialisé.

Effectivement le WPR fait aussi de l'accueil au public.....mais sur la porte du poste WPR, il y est bien écrit qu'ils ne s'occupent que ce qui concerne les autoroutes. Cela refroidi déjà un peu qu'en on a pas l'habitude d'aller se plaindre à la police.

Alors qu'à l'acceuil d'une police locale, même un accident qui a eu lieu sur l'autoroute est traité.

Sans compter que pas la peine de se présenter au planton WPR pour une bagarre sur une aire d'autoroute...

Attention !!! loin de moi l'idée de critiquer !!! C'est tout à fait normal qu'il y ai des spécialistes dans un domaine qui n'aient pas à s'occuper du reste.

Le contraire serait intenable pour les collègues WPR et SPC. (Sans compter qu'il y a un accueil aussi à la PJF B) )

C'est de la Sémantique...mais c'est le cadre légal.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Concernant l'administratif qui résulte des missions d'interventions, est ce que une enquête est aussi menée de la même manière en tant que policier d'intervention, qu'un enquêteur de la recherche local ? ( auditions, perquisitions,) ou est ce que un policier d'intervention, peut déléguer " la paperasse" a la recherche local ?

Est il beaucoup + sur le terrain pour geler et clarifier la situation, fait un rapide compte rendu, mais pour le reste de l'investissement, c'est la recherche local ?

Encore une autre question, comment intégrer un service d’enquêtes ? Faut il suivre des formations spécifiques ?

Merci de me clarifier la dessus.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le service d'intervention effectue les premières constatations et effectue les devoirs qui en découlent s'ils peuvent être effectués immédiatement ou à court terme (1ères constatations, protection des lieux, réquisition de divers services, auditions, sauvegarde des images vidéo,.... )

Le service PJL, s'il est requis par des accord internes ou par le magistrat (c'est au cas par cas), effectue des devoirs qui n'ont pu être fait directement ou qui nécessitent soit plus de temps, soit plus de moyens (auditions, auditions vidéofilmées, analyses GSM, devoirs complémentaires,...). Un enquêteur est mieux formé et parfois plus spécialisé dans un domaine. Il dispose également d'un timing différent et d'un certain recul par rapport aux faits.

Pour intégrer un service PJL, il faut être INP détenteur d'un brevet d'enquêteur (prioritaire) ou s'engager à suivre et réussir la formation. En pratique, une certaine expérience et de très bonnes connaissances théoriques et pratiques sont nécessaires pour être sélectionné lorsque des places s'ouvrent.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le service d'intervention effectue les premières constatations et effectue les devoirs qui en découlent s'ils peuvent être effectués immédiatement ou à court terme (1ères constatations, protection des lieux, réquisition de divers services, auditions, sauvegarde des images vidéo,.... )

Le service PJL, s'il est requis par des accord internes ou par le magistrat (c'est au cas par cas), effectue des devoirs qui n'ont pu être fait directement ou qui nécessitent soit plus de temps, soit plus de moyens (auditions, auditions vidéofilmées, analyses GSM, devoirs complémentaires,...). Un enquêteur est mieux formé et parfois plus spécialisé dans un domaine. Il dispose également d'un timing différent et d'un certain recul par rapport aux faits.

Pour intégrer un service PJL, il faut être INP détenteur d'un brevet d'enquêteur (prioritaire) ou s'engager à suivre et réussir la formation. En pratique, une certaine expérience et de très bonnes connaissances théoriques et pratiques sont nécessaires pour être sélectionné lorsque des places s'ouvrent.

Merci pour les précisions ! :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

J'ai une question, lorsqu'une équipe d'intervention est occupée sur un fait (différend entre deux personnes suite à un tapage nocturne) et qu'au même moment le dispatcher annonce à toutes les équipe qu'il y a un braquage en cours (dans une banque ou une maison). Ma question est quel choix doivent faire les inspecteurs en sachant que ceux-ci sont occupés par le différend ? Doivent t-il changer de mission c'est-à-dire d'aller sur le braquage ? si oui pourquoi ? (personnellement je pense à cette réponse vu que les faits sont plus graves, peut être plus dangereuse). Si non pourquoi ? et Si les inspecteurs doivent se rendre sur le braquage, comment terminer la mission sur le différend ( car on ne va pas dire au personne bye bye sans rien arranger, peut-être que je me trompe)

d'avance je vous remercie à tous et si je n'ai pas été clair n'hésitez pas à me poser des questions, pour que vous me répondiez le précisément et correctement possible :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense que la priorité revient à l'appel d'urgence reçu.

Et plus tard, les inspecteurs reviennent afin de régler le différent.

Mais c'est vrai que c'est une bonne question, attendons quelqu'un de mieux calé que moi :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le cas que tu donnes m'est arrivé une fois en intervention : nous étions occupés à gérer une situation chez une personne (en gros personne malade, dépressive, qui vient de se faire larguer) lorsque notre dispatching nous a appelé pour nous demander d'arrêter tout ce qu'on faisait et de rouler asap pour un hold up positif. Pas d'autres équipes qui peuvent se libérer

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Donc si j'ai bien compris, il faut aller vers la mission qui est la plus grave, plus dangereuse (la ou il est possible que la situation s'aggrave)

mais comment as-tu terminée ta mission (la situation chez la personne) ? et rouler asap, ça veut dire quoi ?

Merci pour tes réponses :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×

Information importante

Polweb est un site non officiel sur la police belge. En savoir plus ? Conditions d’utilisation.